Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Extrait de Ne Dites rien à mon frère


Ne dites rien à mon frère est l'histoire d'une jeune trentenaire divorcée et maman de deux petite filles qui vient passer une semaine en vacances au bord de la mer chez son frère.
Une semaine de vacances, c'est court, mais c'est assez pour se laisser emporter par un sentiment presqu'amoureux...

"Ce sont les premiers soleils. C'est le début de juillet. Cette année, pas de coupe du monde de football pour garder tout ce petit monde devant son téléviseur, au frais, à la maison. Et le Tour de France passe bien trop loin d'ici pour intéresser quiconque à la ronde. Non, ils vont tous venir à la plage cet après-midi. C'est dimanche, il fait soleil, un peu de vent, mais les températures sont douces.

Du point de vue sociétal, c'est fabuleux, la plage. On pourrait naïvement imaginer qu'en maillot de bain tombent les clivages sociaux, que tous, planqués derrière quelques centimètres de tissu et des lunettes de soleil, redevenons égaux. Oui mais non. Il y a toujours des lunettes Courrèges derrière un Elle Décoration, des chaînes en or sur des torses velus fraîchement débarqués de leur yacht. Et puis il y a aussi des familles sans emploi, mais avec beaucoup d'enfants, qui débarquent avec le parasol, le paravent, le jeu de boules en plastique, le bateau gonflable, le seau, les pelles, les bouées et la glacière, et le chien qui aboie qu'il irait bien dans l'eau lui aussi mais qui restera attaché au parasol. Il y a les petits couples très fonctionnaires qui se passent mutuellement de la crème avant de replonger dans leur Goncourt, il y a les très jeunes couples, vieux étudiants, qui baiseraient bien là tellement ils se chauffent. Il y a les retraités qui ont leur horaire et leur emplacement.

J'aime bien observer les gens à la plage et leur deviner une vie. J'essaie de reconstituer les liens de parenté : « Vu comment il mate sa belle-sœur, il aurait bien envie de la sauter, si ce n'est déjà fait ». Je cherche à savoir lesquels sont urbains, lesquels vivent à la campagne. Je repère les époux qui ne sont pas accompagné(e)s de leur moitié légitime. J'essaie de deviner la profession de mes voisins de serviette. Je tente de trouver depuis combien de temps les couples que j'ai sous les yeux sont formés. Ce qui est dommage c'est de ne jamais savoir si j'ai raison. Parfois, il me prend l'envie de parler à ces gens : « Monsieur, ta femme te trompe ! » ou bien « Je vous signale que votre aîné est en train de nourrir votre bébé avec des algues » mais c'est comme crier « Attention ! » aux héros des films d'horreur à la télévision, ils n'entendent pas.

Ce qui saute aux yeux, à l'heure des maillots de bain, c'est qu'il n'est pas beau de vieillir. Contrairement à toute logique esthétique, c'est quand les seins commencent à tomber que tombent aussi les complexes. Ainsi on trouve sur le sable des groupes d'adolescentes aux corps parfaits, enroulées dans des paréos camouflage, car elles s'imaginent un ventre trop rebondi, des hanches trop larges, une poitrine trop petite. Plus loin des corps adipeux et ridés s'affichent, eux, dans des strings minimalistes. Entre les deux, n'entrant dans aucune de ces catégories, il y a les filles comme moi, qui tentent de dissimuler deux grossesses sous un une-pièce gainant. Tant pis pour le bronzage.

 Sous les casquettes, les chapeaux de paille, les bobs, les charlottes de cette étendue de ce sable, dans toutes les têtes, couvertes, chauves, décolorées, bien remplies ou pleine d'eau de mer, il y a des rêves, des projets qui nous tiennent à cœur, des promesses que l'on s'est faites, des trucs que l'on veut essayer au moins une fois dans sa vie, pour ne pas mourir idiot, pour éviter les remords. Pour certains, c'est écrire un livre, pour d'autres, sauter en parachute. En fouillant dans ma tête, on trouverait entre autres :

-          prendre des cours de chant

-          apprendre à danser le rock n' roll

-          apprendre le chinois

-          faire une thalassothérapie

-          tester l'apesanteur"


Et dans la vôtre, on trouverait l'envie de poursuivre la lecture ?


07/03/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres