Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Premier essai : La Raison des cloches

Commandez votre exemplaire
d'un essai pensé par
Franck Leblond
et rédigé par
Anne-Sophie Guénéguès

La Raison des cloches ou l'Arborescence d'une conscience

De l'adolescence au diagnostic de schizophrénie
De l'hôpital psychiatrique à la stabilisation sociale et personnelle
De l'écologie au militantisme
Des envies aux réalisations
De la folie à l'acceptation de la folie
découvrez au fil de ses pages une vie en train de se revivre.


Bonne chance, Franck. Pour tout.




Quatrième de couverture :
Un AMG disait l'autre jour sur les ondes : « Un arbre qui tombe fait
plus de bruit qu'une forêt qui pousse… » À méditer…
Le subtil accompagnement dont j'ai bénéficié pour la rédaction
de cet essai aboutit certainement à un constat cruel mais rempli
d'espoir. J'aurais pu titrer ce livre « Stabilisation », « Sublimation »,
« Rémission » puisque ce terme est désormais permis… La raison
des Cloches ou l'Arborescence d'une conscience est probablement
loin d'organiser localement une réhabilitation sociale. M'en fous !
C'est comme ça… Qui ne s'est jamais entendu dire : « t'es schizo
ou quoi ? » Qui sait vraiment ce que c'est, être schizo ? La description
que je fais de ma schizophrénie générera-t-elle des préjugés ?
Il faut le lire, en parler pour le savoir. Comme une expérience, je
livre cet opus de mon ailleurs. Et je ne veux imposer ce « modèle »
de parcours à qui que ce soit, c'est trop dur, trop humiliant, pas
assez sanitaire, pas assez rapide… Conditionné à être patient en
dépit de ma fougue, mon impulsivité et ma rage. Apaisé de partager
ces moments avec vous tous. Chacun a ses raisons, ses réalités,
ses vérités. Les miennes s'exposent et s'expriment ainsi. Je vous
invite à les découvrir… Chacun a une part de folie en lui, voyez
ce qu'on entend si on l'écoute ! De l'état d'esprit à l'esprit d'État,
l'idée a émergé de délivrer un message d'espoir aux troublés du
psychisme. C'est long, c'est dur, ça ne finit jamais, mais ça vaut
le coup d'essayer. Donner à comprendre sur la folie, sur sa folie ;
béquiller, bâtir, aider, participer pour Être, simplement, malgré les
turpitudes du soi-m'aime. Du château de cartes à la Tour Eiffel,
la précarité du quotidien conditionne, soit de traverser le temps,
soit d'être balayé au moindre coup de vent, précieuse énergie…
Achevé début 2010, ce livre continue de s'écrire, une suite est en
cours pour ceux qui resteraient sur leur faim. Moi, c'est sans fin !
Franck Leblond, juin 2010

Productions OTK - 14 euros.

Extrait des pages 115 à 118 :

Ce matin du 10 mai 2008, dans le bourg, stationnait une étoile, je suis heureux de l'avoir vue... et je voudrais t'en parler... Elle écrit... Elle écrit les pensées intérieures des héros du quotidien, elle écrit sur les limites et les choix, les tabous et les envies.

Là où je ne m'impose jamais de limites, c'est quand il s'agit de remercier les gens qui embellissent mon environnement d'une manière ou d'une autre.

Je l'ai invitée à entrer dans ma vie avec son sourire, son livre, son caractère, son originalité, elle a répondu que « c'était une chouette invitation ». Il ne faut rien attendre de la chance, il faut la provoquer… Je ne pensais pas qu'un an plus tard, nous écririons à quatre mains ce message que je veux d'espoir pour ceux qui en ont le plus besoin. À deux têtes et quatre mains, forts de nos handicaps, délivrés de nos tabous, nous avons écrit, architecturé, argumenté, imagé ces quelques pages qui m'aident à me voir comme un tout, le tout encore utopique et diffus que j'ai le sentiment d'être.

Anne-Sophie, je cherche encore la plus belle façon de vous dire « merci ». Vous êtes un être remarquable, puissent d'autres vous remarquer, vous saluer, vous féliciter, vous remercier pour la rigueur et la canalisation que vous me procurez. Et l'équilibre qui en découle. Vous êtes une des plus belles aventures qu'il m'ait été donné de vivre. Que ce livre en soit le témoignage intemporel comme il est l'anticipation d'une volonté de voir, par les fenêtres de la vie, les regards changer, les comportements évoluer, les débats s'élever, afin d'écrire les chemins pacifiés d'un monde inique.

Anne-Sophie, vous me connaissez, ma volonté n'est pas de vous ennuyer, certaines préoccupations me font parfois atteindre un sacré degré de pénibilité. Je me fixe des limites, le thème de votre premier livre. Mais les barrières n'existent-elles pas uniquement pour être franchies ?

Entre la naissance et la mort, le temps que nous avons pour vivre sans contraintes est aussi lié aux accidents de la vie ; conflictuels, sanitaires, technologiques, financiers, affectifs, sociaux ou professionnels, tous, selon le moment où ils surviennent, ont une incidence plus ou moins forte sur le quotidien. Vous avez dit d'une manière légère, dans un soupir de lassitude, qu'il fallait « apprendre à renoncer ». J'ai tourné vos mots dans tous les sens, car la perception que je m'en fais n'a rien de léger.

Et je ne veux pas renoncer à l'idée de vous compter parmi mes amies. Vous m'inspirez quantité de choses… et je vous invite à ne jamais renoncer à être vous.

 Franck.

 

Ce matin du 10 mai 2008, dans le bourg de la commune où je tenais une séance de signature, j'ai rencontré un farfelu… et je voudrais vous en parler… Il parle… Il ne parle pas comme les autres gens d'ici et pas comme un horsaing non plus ; c'est un alternatif.

Et le courant est passé.

Il m'a invitée à entrer dans sa vie, via une adresse de blog et quelques écrits. C'est me prendre au cœur. Je ne pensais pas qu'un an plus tard, nous écririons à quatre mains l'histoire d'une vie que j'ai connue, comprise et partagée pas tellement plus tôt que vous qui terminez la lecture de ces pages.

Franck, vous êtes un monument, certes vous vous effritez par endroits, mais vous êtes de ces incontournables dont on n'a jamais vraiment totalement fait le tour, et peut-être que ce livre sera une restauration et deviendra votre extension en paille… Je vous le souhaite.

Qu'il vous soit utile et qu'il le soit à tous ceux qui partagent vos problématiques, vos motivations et vos ambitions. Je suis ravie de les avoir partagées au fil de l'écriture de ces pages à qui je souhaite ce qui vous tient le plus à cœur : un bon vent.

 Anne-Sophie.


 

Les avis des lecteurs, ici !




12/09/2010
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres