Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Des nouvelles d'Anne-Sophie Guénéguès

Être(s) : informations

LIVRE ETRES 20200706.png

C'est le petit dernier !

Dix ans après le deuxième, voici un troisième recueil de nouvelles signé Anne-Sophie Guénéguès.

Celui-ci comprend seize textes courts de formes et de thèmes variés.

 

 

Pour aller dans le fond du sujet, je vous invite à visionner cette longue interview :  Le Café des écrivains / Rencontre avec Anne-Sophie Guénéguès

 

 

 

Être(s) (3e groupe)

 

Je suis comme je suis.

Tu n’y es pour rien.

Il/Elle/On n’est pas sorti de l’auberge.

Nous n’y sommes pour personne.

Vous êtes sourd ou quoi ?

Ils/Elles sont tout pour vous.

 

Le verbe « être » est le plus conjugué de la langue française.

Chacun est. Unique et pluriel. Comme le sont les personnages de ces seize textes courts où se mêlent ceux qui sont et ceux qui ne veulent plus en être.

 

*

 

Si vous n'avez pas la patience d'attendre qu'on se croise sur un salon ou dans la vraie vie, vous pouvez commander ce livre à votre libraire, sur les sites Internet habituels (FNAC, Amazon, Cultura, Decitre...) ou directement à mon éditeur : ici !

 

*

 

Vous voulez d'abord savoir de quoi il retourne ? Voici un petit résumé de 30 secondes en vidéo !

 

 


C’était annoncé sur TF1 : En balade sur un vide-grenier, un homme qui revisite son passé voit son présent basculer vers un avenir imprévu.

(Cette nouvelle est en accès libre sur le site de l’éditeur, cliquez sur «  Découvrir un extrait ».)

 

Le bon moment : Dimanche, bord de mer, une femme vit le moment parfait. Le dernier ?

 

Si on ne mange pas de pain, un jour il n’y en aura plus : Madeleine à la retraite raconte sa carrière de vendeuse en boulangerie.

 

Le quatrième mur : Celui que l’auteur brise est couvert de photos du chien.

 

Luc, je suis ton père : Des parents séparés se retrouvent autour de la vie théâtrale de leur fils unique. Se retrouvent ?

 

Mémento : Une façon de dire que l’on se souvient, car il se dit qu’un premier amour ne s’oublie jamais.

 

Le mot de la fin : Elle a un deuil à faire suite à un mail de rupture.

 

Au grand jour : Quand chaque pièce de la maison fait écho à une partie de soi, d’elle plutôt.

 

Le temps qu’il est : Toutes les façons de nommer le temps qui passe ne l’empêchent pas de se perdre.

 

Le vieux comédien : Il est vieux, mais reste le personnage principal de son existence.

 

L’été passé (à quoi ça rime ?) : Un texte qui joue sur les sons [e] et [Ɛ] pour deux êtres qui ne sont plus joueurs.

 

À voix haute : Exprimer un problème, c’est déjà une partie de la solution.

 

Un article pervers : Mise en abyme d’une abîmée, et mise en garde contre les histoires d’amour qui finissent mal.

 

Ça va mieux en le disant : Quand on part en vacances, le dialogue seul suffit-il à la communication ?

 

Quoi, encore ? : Les premiers instants d’une mère qui perd son fils.

 

Trois ou quatre mariages et un enterrement ou deux : Papi Méchant a décidé de se raconter. Et si ça le rendait gentil ?

 

*

 

 

Vous pouvez vous procurer ces textes notamment sur le site de l'éditeur, en version papier ou numérisés, cliquez ici. Mais parlez-en aussi à votre libraire !

Vous voulez lire quelques extraits d'abord ? Cliquez ici !

 

Pensez aussi à donner votre avis et plein d'étoiles sur Babelio !

 

20201020_121527.gif

 



12/07/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 26 autres membres